Les coûts cachés

La grande crainte de tous ceux qui se lancent dans l’import avec la Chine, et une bonne part du « budget sécurité » (ou de la marge) de ceux qui importent depuis de nombreuses années : les coûts cachés…

Généralement, la matière première ou les produits à transformer en Chine ont un prix fixé à la base, à la date de la commande ou du versement d’un éventuel acompte.

<couts caches
coûts cachés>

Ce qui influera lors de la production, ce n’est donc pas la gestion des matières premières, mais la gestion du temps. Une livraison en retard pourra engendrer des pénalités, ou un retard compensé par une livraison express engendrera un surcoût.

Ensuite, il y a les contrôles qualités. Dans la majorité des cas, les frais de l’entreprise de contrôle suffisent si les tests sont passés. Mais dans le cas ou le test serait raté, nous aurions une perte de temps car il faut reproduire. Perte de temps dit perte d’argent, et re-production dit là aussi, frais supplémentaires dans le cas où le fournisseur chinois se déchargerait de la faute (mauvais cahier des charges etc.)

Ce à quoi il faut aussi faire attention, ce sont les évolutions des tarifications des transitaires (surcharges haute saison, piraterie, canal de Suez) et de leurs vitesses de croisière (économies de carburant) ainsi que les erreurs de manipulations (marchandise débarquée au mauvais port…).

Une fois en UE, les droits de douanes sont généralement stables. Mais les frais en cas de problème peuvent parfois être très douloureux. Cela peut souvent être évité par le contrôle qualité avant la mise en conteneur.

Une fois en France, certains oublient l’importance des frais de la mise sur palette, ou de la traction de conteneur pour la livraison chez le client final. Avec là une fois encore, parfois des coûts cachés.

Si vous êtes dans l’impossibilité de livrer à temps, il vous faudra prendre un autre rendez vous de livraison avec le client, et stocker la marchandise en attendant. Le coût ici est aussi non négligeable.

Comment éviter les coûts cachés ?

Là, une fois de plus, pas de secrets. Vous avez deux choix :

Le premier, et c’est celui qui est le plus souvent privilégié pour les petites entreprises ou les débutants dans le métier, est de bien vous renseigner, et de prévoir les « coûts cachés » dans votre budget, voire dans votre prix de vente.

Le second choix est de passer par un intermédiaire qualifié. L’inconvénient de cette méthode est qu’elle est légèrement coûteuse. Je dis légèrement, car la maîtrise et l’expérience de l’intermédiaire lui permettent généralement d’avoir de meilleurs prix.

Nota : généralement les coûts cachés sont dûs à des problèmes de livraisons en temps et en heure. Que ce soit de la part du fournisseur comme du transitaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.