Ma « règle des 1% » : doublez votre chiffre d’affaire en moins d’un an

Je vous écris depuis mon bureau en Chine, il est 6h30 du matin. Et je ne sais pas pourquoi, mais le bruit des constructions aux alentours met mon cerveau dans un état hypnotique qui me donne envie de vous écrire cet article :

Aujourd’hui je voudrais vous parler de ma règle des 1%, ou en d’autres termes : comment doubler votre chiffre d’affaire en moins d’un an, et sans vraiment avoir l’impression d’y travailler.

Parce que vous le savez : vous avez besoin de toujours progresser, toujours vous surpasser année après année pour avoir une activité pérenne.

Mais vous le savez peut-être aussi, se baser sur un simple tableau de reporting, analyser simplement les stats de l’an passé, et comparer. Bah ça donne pas des résultats super efficaces.

C’est bien pour constater si oui ou non on a mieux fait que l’an passé, mais si on se base sur ça pour progresser, c’est complètement inefficace. Et pourtant, la plupart des entrepreneurs utilisent cet outil.

Alors généralement c’est la panique dans les derniers mois de l’année, parce que si on arrive pas à faire mieux, on est en chute. Et c’est à ce moment là qu’on décide des licenciements économiques, ou que les équipes démissionnent sous la pression.

J’ai eu l’occasion de voir les deux cas de figure. Et si c’est vous le patron -et même si vous n’avez même pas d’employés- c’est encore plus dur, parce que vous vous rendez compte que toutes ces années investies dans votre projet, dans votre entreprise, pourraient bien tomber à l’eau.

Alors vous vous sentez peut-être même impuissant face à cette situation.

L’autre solution au tableau de reporting, c’est de se trouver des excuses.

C’est la crise, « crise » qui a bon dos depuis bientôt 10 ans. Ou encore : « le marché n’est plus autant receptif ». Dans des formules un peu vagues, on peut mettre tous nos malheurs, et ce sont des choses sur lesquelles on n’a pas vraiment de pouvoir, cela nous dédouane encore plus de la responsabilité de l’échec pour cette année.

Bah tant pis alors, on fera mieux l’an prochain.

Et les années suivantes, le Chiffre d’Affaire continue d’osciller. Un coup ça monte, un coup ça descend, quand ça ne se casse pas tout simplement la figure et qu’on doit alors mettre la clé sous la porte.

J’étais dans la même situation. Comme je vous le disais j’ai même pu vivre ça plusieurs fois :

D’abord en tant que cadre (c’est moi qui ai démissionné, puis 2 ans plus tard c’est un licenciement économique qui touchait le reste de l’équipe), puis en tant que partenaire d’une entreprise qui mettait ça sur le dos de leurs clients qui sont effectivement mal en point…

D’ailleurs, cette seconde entreprise est concurrente de la première, et si je devais parier mon argent sur l’une ou l’autre, elle emporterait mon vote haut la main.

Parce que cette seconde entreprise, elle a décidé de se reprendre en main. Effectivement elle ne peut rien pour ses clients, mais elle peut aller actionner d’autres variables. D’autres variables sur lesquelles elle a un contrôle presque total.

Et depuis peu, ils sont passé à l’action.

Parce que bien sûr il y a des choses sur lesquelles on ne peut rien. Imaginez vous que vous soyez victime d’un tremblement de terre, et que votre maison soit réduite en poussière. Et qu’avec la crise économique grandissante, vos comptes en banque vous soient saisis pour renflouer l’Etat. Vous n’y pouvez rien…

Vous voila nu comme un ver, sans toît pour votre famille.

Vous avez deux choix, tout comme il existe deux façons de voir les choses pour les entrepreneurs :

– Soit vous vous appitoyez sur votre sort, en jetant la faute sur mère Nature et sur l’Etat collectiviste, et vous attendez tranquillement de mourir. Et vous regardez crever un à un les membres de votre famille.

– Soit vous vous retroussez les manches, et vous commencez à construire un petit abri de fortune. Vous réunissez le nécessaire de survie (une corde, quelques couvertures, un couteau-suisse et beaucoup d’eau) et commencez avant tout par protéger vos proches.

Bien sûr, vous allez me dire, si jamais vous étiez dans cette situation jamais vous ne laisseriez mourir vos proche, et vous choisiriez certainement l’option 2.

Mais quand il s’agit de business, beaucoup d’entrepreneurs préfèrent se lamenter sur leur sort, plutôt que de tenter d’améliorer leur situation petit à petit. Ils choisissent l’option 1. Et ils laissent crever leurs projets, ils laissent moisir leurs rêves. Ils abandonnent leurs employés, ils trahissent la confiance de leurs partenaires.

Alors, que vous soyez actuellement dans une phase « stagnante » ou une phase « terminale », ce qu’il vous faut pour votre business, c’est donc ces 3 choses :

– Toujours travailler à l’amélioration de votre business, en actionnant des leviers concrets sur lesquels vous POUVEZ influer :

– Laissez tomber tout ce que vous ne pouvez pas contrôler.

– Avancez petite à petit. Si vous tentez de booster votre CA une fois par an, et que vous échouez, c’est une année de perdue. Mais si vous travaillez au mois ou à la semaine, vous aurez 12 chances (ou 52!) de progresser. Si vous échouez, vous n’aurez perdu qu’une semaine, vous pourrez très vite rectifier le tir.

Et ce qui est encore plus fantastique, c’est que si on se dit « je vais augmenter mon CA de 1% cette semaine par rapport à la semaine passée », ça a l’air (et c’est effectivement) super facile :

Supposant que vous génèriez 3500 euros de revenus par semaine, vous dire que cette semaine il faut que vous gagniez 35 euros de plus vous permet de trouver plein d’idées faciles à mettre en pratique pour y arriver.

Mais si vous vous dites « cette année, je vais augmenter mon CA de 10% par rapport à l’an passé, il vous faudra trouver une astuce pour générer 20.000,00 euros supplémentaires.

Et les idées qui viennent à l’esprit pour générer plus de 20.000,00 euros sont généralement bien plus complexes, tordues, et difficiles à mettre en place par rapport à celles pour générer 35 euros.

Et pourtant, en travaillant sur les 1%, et supposant que l’on atteigne UNIQUEMENT ces 1% par semaine, on aura généré au total 55,200 euros… EN PLUS par rapport à l’année passé (supposant que l’année passée on avait une moyenne à 3500 euros de revenus par semaine).

En travaillant simplement à gagner 35 à 55 euros de plus chaque semaine, le business aura augmenté de plus de 130%. En d’autres termes, il aura plus que doublé!

Ça s’appelle « la règle des 1% ».

Non, en fait c’est une règle des 1% un peu particulière, parce que la règle officielle des 1%, vous pouvez regarder sur Google, c’est pas ça du tout. Il s’agit plutôt de ma règle des 1%

Cette règle que j’utilise, elle est connue uniquement par des personnes à succès. Que ce soit pour les finances, ou pour la vie perso (perte de poids, gain de muscle), ce bête concept fait des miracles.

Et ce qui est encore plus fantastique, c’est que généralement ce travail hebdomadaire nous habitue à trouver de nouvelles idées, de nouvelles astuces, et que quand on commence à mettre tout ça en place, on explose rapidement l’objectif des 1%.

En pratique : dès aujourd’hui, notez quelque part votre statistique la plus importante pour votre business. Nombre de prospects, nombre de clients, chiffre d’affaire… Peu importe, l’important c’est que cet élément soit décisif dans votre business, et que ce soit une variable « actionnable ».

Et cette semaine, battez simplement la semaine passée… de 1%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.